Suite petites histoire « culinaires » dont le « punch à la Victor Hugo »

Publié le par Tina

Victor et le rhum

 

vieille bouteille de rhumVictor Hugo n’était pas seulement un ogre de lettres. Il avait aussi un appétit gargantuesque., et l’habitude de se confectionner un drôle de cocktail maison : d’abord, il se calait les mâchoires avec des morceaux de sucre, puis il déposait sur sa langue une petite orange pelée et quelques quartiers de citron.

Enfin, il avalait cul sec un demi-verre de rhum.

Le tout donna naissance au « punch à la Victor Hugo »

 

 

 

Piquette et piquette

 

gibet-de-Montaucon--24-.gifQu’était la piquette, qui désigne aujourd’hui, avec mépris, un vin médiocre ? A l’origine, c’était un breuvage bien spécifique. Lorsque les viticulteurs provençaux tiraient le vin de la cuve, ils éclaircissaient le marc avec de l’eau et obtenaient ainsi une boisson réputée saine et rafraîchissante, baptisée « piquette ». Ils la buvaient pendant les trois ou quatre mois suivant les  vendanges, en attendant que le vrai « vin » prenne un pu de bouteille.

Autre appellation non contrôlée pour désigner le lait de la treille, « le vin de lit » désignait le mélange de vin rouge et de vin blanc effectué par le prêtre lors des cérémonies de mariage.

Quant au  « vin des condamnés », à mort en arrivant au couvent des Filles du Calvaire où ils faisaient une dernière halte avant d’être pendus au gibet de Montfaucon.

Publié dans Histoire et People

Commenter cet article