La fête de tous !

Publié le par Tina

.

 

Bonjour. J’allais parler du jour de Tous les Saints. Autrement dit det la fête des morts ainsi que des ivants.

La lectrice qui m’envoi parfois des articles, vient de m’en adresser un, dont je trouve qu’elle a bien analysé le fait de ce qui se produit chez les personnes.

Pour ce qui me concerne, je n’ai jamais été « très cimetière ». Toute ma famille le sait. Il m’arrive que même un jour comme aujourd’hui je le desserte. *

Pourquoi ? Je ne saurai le dire, sauf que de tout temps, j’ai pensé qu’il faut surtout s’occuper des vivants, comme je l’ai fait, avec l’aide de mon entourage proche. Il m’est nécessaire , d’être sur ce sujet comme sur d’autres, en accord avec moi-même, sinon je ne suis pas à l'aise.

maman-002.jpg1.jpg

 Notre maman !

Chère lectrice voici l'article tel que je l'ai reçu.

 

Penser aux nôtres c'est bien, mais il ne faut jamais oublier les contemporains avec qui nous "vivons". Leur misère est la nôtre.

 

Le jour des morts, chacun se prépare à célébrer dignement l'évènement.

On se presse chez le fleuriste, on fait le tour des vendeurs ambulants aux coin des rues, histoire d'obtenir LE pot le plus fleuri...question qualité prix comme pour tout autre achat. Puis on refait les comptes, c'est qu'il ne faut oublier personne, la vieille tante Eulalie sera peut-être présente, qui ne manquera pas de relever la bévue malencontreuse.

Certains vont se rendre très tôt au cimetière, afin de se débarrasser au plus vite de la corvée et de profiter de ce jour de congé béni.

D'autres attendrons l'heure d'affluence pour guetter la présence ou non de voisins, parents, amis, regarder du coin de l'œil qui apporte quoi sur la tombe du défunt regretté. On papote, on compare la générosité de l'offrande, on constate en aparté que le cousin qu'on avait pas vu depuis bien des années ne s'est pas arrangé...

Enfin, la conscience tranquille du devoir bien rempli, on rentre vite se mettre à l'abri car ce jour là, généralement, il pleut.

J'avoue que je ne peux pas me plier à cette coutume devenue une fête commerciale comme bien d'autres, et certainement aussi celle de l'hypocrisie sociale la plus navrante.

Je refuse que l'on m'impose une date fixe pour honorer mes morts. Ils sont dans mon cœur et présents dans ma vie de tous les jours; je sais aussi qu'ils veillent sur moi et ce serait les déshonorer que d'aller déposer un chrysanthème ou une fleurette dérisoires sur la dalle froide de leurs tombes.

Alors moi, parce que je respecte mes morts et que ces derniers aimaient follement la vie, j'ai envie ce jour là, de fêter les vivants.... vous savez, ces êtres qui ont faim, ceux qui passent l'hiver dehors et dorment dans des cartons.





 

Publié dans Actualité - Politique

Commenter cet article

pierrot 02/11/2012 11:40


chaque jour qui passe nous pensons a nos absents , on les aime autant qu'on vous aime et c'est sur qu'ils veillent sur nous


bisous a toutes la famille ou qu'elle soit

Tina 02/11/2012 16:38



Bonjour et bisous à vous


 



almanitoo 01/11/2012 14:27


Bonjour Tina,


Je suis entièrement d'accord avec toi, c'est la fête de tous.


C'est une très jolie idée d'avoir mis ta maman à l'honneur.


Bonne journée

Tina 01/11/2012 18:26



Oui, je suis très très proche encore de ma mère, elle est partie en 2004.


Elle est toujours "présente " dans mon esprit, ainsi que tous ceux qui nous ont quitté depuis très longtemps.


Bises