Etat d'esprit de Tina -

Publié le par Tina

Ca continue, je ne suis pas dans l’euphorie, et cela se sent. Lorsque je viens sur la petite page blanche qui attend sagement ma visite et « ma plume », c’est un petit désastre. Rien ne me convient, rien ne m’attire, rien, rien, rien.

Il va bien falloir que cela change. J’aime pourtant venir ici, passer des petits moments agréables. C’est logique j’ai du plaisir à communiquer avec vous, en tous les cas j’en ai l’impression. Parfois c’est plus difficile. Certes vous n’y êtes pour rien, et moi je subis mes « sautes d’humeur » par rapport au blog.

J’ai la sensation, que la campagne électorale présidentielle, m’a mis « ventre à terre.

Une fatigue psychique très insupportable. Je dois dire que j’ai respiré, lorsqu’elle s’est terminée.

En reste-t-il des séquelles ? Il se peut que oui. Comme je retiens facilement « tout » et que en général je n’oublie rien, cela pose des problèmes d’acceptation de ce qui se passe dans ce monde, que je dois dire, ne me convient pas forcément.

Je suis resté un vieux dinosaure. Je trouve le monde actuel perturbant, surtout pour la jeunesse.

Enfin quoiqu’il en  soit le clavier a un peu fonctionné et couvert un petit morceau de blanc.

C’est dimanche. La journée est belle et ensoleillée. C’est déjà un acquis agréable. C’est rare en ce moment, le temps n’est pas de saison, mais vous le savez.

 

Marie et Michel sont avec nous, nous en sommes heureux.

Isabelle et José viennent au repas de midi.

Il fait un peu chaud mais j’ai tout de même fait « un cocido » c'est-à-dire des pois chis  à la manière espagnole. Ils aiment tous cela, et n’en mangent pas souvent.

Je pense qu’ensuite ils iront se promener.

Voilà, je remarque, que lorsque je me « laisse aller » l’écriture devient plus facile.

Il est vrai que parfois je me bloque. je ne devrai pas. J’aime bien me raconter. Cela soulage.

Pierrot, nous a fait parvenir des photos, dont une est l’entrée de la prison prés de laquelle s’est passée ma petite enfance, jusqu’à 9/10 ans.

Je n’aime pas les prisons. Je sais, il parait qu’il en faut, mais je ne les aime pas quand même.

C’est mon problème, pas le vôtre, et je le comprends.

Bon dimanche à vous tous, et si possible soyez heureux.

Comme vous pourrez le constater pas gaies les prisons.

prison_santander.pngDe la cuisine de mes grands parents, nous plongions sur "la cour".

Commenter cet article