ELUCUBRATIONS

Publié le par Tina

 

Je vais tout changer de A à Z


Le pays va mal, très mal ! Nous sommes très endettés !  Ce n'est pas possible de continuer ainsi  ! Il faut que chacun pense à restreindre son train de vie.

Il ne faut plus voyager
Il ne faut plus sortir au cinéma, au théâtre, à l'opéra
Il ne faut plus faire des soirées à "thème" et "habillées" 
C'est normal nous devons  tous participer à faire, de nouveau, la grandeur de la France. C'est pour cela que j'ai décidé après avoir remarqué que les fonctionnaires étaient trop nombreux, d'en restreindre le nombre.  Il n'y a aucun problème, on peut maintenant obtenir les renseignements quel qu'ils soient par téléphone : Vous ne le saviez pas ?
(Vous prenez une chaise, et vous appelez, avant d'être "face" à un interlocuteur il y en a pour un moment. Il vous pose des questions, dont aucune n'a un lien avec votre demande, il vous transfère à un de ses collègues, installés chez eux pour répondre.
Arrivé à ce stade, pas de réponse et las d'attendre vous raccrochez. Si vous avez vraiment besoin de ce renseignement, et bien vous recommencez la manoeuvre)
Les économies  à faire dans les hôpitaux sont vraiment nécessaires. Vous ne le savez peut-être pas, mais ces lieux, sont devenus des lieux de villégiature,  nourris, logés,  traités comme des nababs grâce au personnel très nombreux.

C'est donc dans l'intérêt de tous que je souhaite faire des changements. Je pense que vous comprendrez, nous allons avoir maintenant des centenaires, imaginez vous ils se jetteront sus les hôpitaux, comme la misère sur les pauvres.
Ha, j'oubliais, les pauvres !! Ils n'ont pas à se plaindre. Il y en a qui ont un logement, certes parfois insalubre, mais pas cher ! Cela leur coûte juste la moitié ou un peu plus de leur salaire pour ceux qui ont la chance d'en avoir un. Les autres bien sûr, ne cherchent pas de travail, c'est tous des fainéants, ils préfèrent passer leur temps, sous des cartons à tenir la causette et dormir.
Ils  finiront bien par se cacher dans des endroits ou nous n'aurons plus à les avoir sous les yeux. C'est vrai, c'est gênant et désagréable, ils nous perturbent.
Il se peut que  dans les villes touristiques l'été les pauvres et mendiants soient à l'avenir dirigés avec gentillesse dans des lieux grillagés,  loin de la ville, qu'elle soit lumière ou pas, ceci, jusqu'à l'hiver, où ils pourront revenir dormir sur les bouches qui dégagent de la chaleur, et aussi sous les ponts.

Les écoles, !  J'allais oublier les écoles. Je dois baisser le nombre d'enseignants ils sont trop nombreux ! Non seulement à cause de cela mais il y a aussi le élèves qui veulent être à l'extérieur, ainsi en fermant des classes je suis de leur côté. J'aime la Jeunesse. !
Ces jeunes traîneront ainsi dans la rue, et la police que j'aime bien, et qui me le rend, sera là pour les poursuivre, cela occupera les uns et les autres.

Dans la PRESSE aussi je dois mettre de l'Ordre. Je pense aux journalistes en particulier, il s'occupent de ce qui ne les regarde pas ! C'est incroyable, ce que ce Pays m'oblige à faire ! Moi qui l'aime tant ce Pays.
Les journalistes au lieu de faire des articles et des émissions PEAPLE, que le peuple aime pardessus tout, se mêlent de politique et surtout de la cohorte qui est avec moi. Cela ne devrait pas être permis dans une DEMOCRATIE ! Alors dès que le peux j'en mets plusieurs dans mon collimateur, accompagnés de quelques humoristes . Je sais ils faisaient le bonheur de beaucoup, mais peu importe, le BONHEUR c'est moi qui va l'apporter à beaucoup d'entre vous.
Ceux qui ne le trouveront pas, ce ne sera pas de ma faute, j'aurai tout fait pour.

Je vous prie de m'excuser, j'ai encore oublié que je ne suis pas seul à gouverner. Je n'ai pas encore l'habitude de penser à ceux qui travaillent avec moi.

Tenez pour vous montrer que MOI aussi je commence à faire des économies lisez cet article de la presse allemande.
Quand je vous le disais que les journalistes sont les mêmes quel que soit le pays !

 

zar 003.

Publié dans aujourd'hui

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article