Certains rois prenaient plaisir à regarder les animaux combattre et s'entre tuer

Publié le par Tina

Depuis Philippe Auguste tous les rois de France possédaient une ménagerie d’animaux sauvages ou exotiques. Charles IX prenait un plaisir particulier à regarder combattre entre  eux, chiens,  lions,  ours ou taureaux.

En 1583, Henri III vit en  rêve des animaux se retourner contre lui pour le dévorer. Au réveil, prudent, il commença par faire une donation de cent écus aux moines d’un couvent voisin puis, rentré au palais, ordonna de tuer à coups d’arquebuse tous les lions, ours, taureaux et « autres semblables bête » qu’on nourrissait pour les faire combattre contre des chiens.

  combat-d-animaux.jpg

 

Texte ci après  recueilli sur le Net.

 

"Paris des lumières" d'après le plan de Turgot 1734-1739 Alfred Fierro Jean-Yves Sarazin

(page 19)
**le combat des animaux rue de Sèvres**

Les combats d'animaux furent longtemps une distraction royale. Henri II, Charles IX, puis Louis XIV goûtèrent particulièrement les spectacles qui mettaient aux prises jusqu'à la mort deux animaux, l'un domestique, le chien, l'autre sauvage, le lion, le loup ou l'ours. En 1730, ces réjouissances quittèrent la sphère aristocratique pour devenir publiques. A cette date fut installée près de la barrière de la rue de Sèvres (125), secteur très faiblement urbanisé, un enclos où se donnaient des combats d'animaux. Ils avaient lieu principalement durant la semaine sainte au moment de la fermeture des théâtres. En 1778 ou 1779, le champ clos appelé Combat du Taureau fut transféré dans un lieu moins aristocratique, près de l'hôpital Saint-Louis vers Belleville. Rarement mentionnés dans les guides anciens de Paris, ces spectacles étaient de deux sortes : des dogues lâchés contre des animaux sauvages, sangliers, loups, tigres, lions ; des "courses de taureau à l'Espagnole" suivies d'une mise à mort. Il fallut attendre 1843 pour que le préfet de police de Paris interdise ces divertissement très populaires dont la cruauté n'était pas une image d'Epinal.

Publié dans Histoire et People

Commenter cet article