Allo, Gerda c'est toi ? Oui, moi c'est moi !

Publié le par Tina

 - Oui,Ouiiiiiiiiiii,

 - Gerda je t’entends ! Qu'est-tu dis ?

 - Tu me croyais sourde ?

   Depuis quand tu te racontes des histoires, et tu les croies ?

-  Non ma petite Gerda, ni sourde ni aveugle !

-  J'entends ce que je veux, et avec la vision  c'est presque pareil,

   sauf que la vue baisse !

 

Je suis contente de t'entendre ! Je sais que tu as reçu la robe de fête !

Tu en as profité pour te faire photographier pour pouvoir montrer à tous

comment parfois l'habit peut faire le moine.

 

- Qu'est que cela veut dire ? Il me semble que cela correspond

  à pouvoir paraître parfois un personnage que nous ne sommes pas !

  A d'autres  moments que l'habit fait parfois le personnage :

 Par exemple un homme quelconque prend l'habit de curé et va prêcher à

l'église,  va confesser "ses ouailles" qui n'y verront que du feu, tellement il est entré dans la « peau » de l’homme d’église. . Quelles sont les raisons de cet individu ? Lui seul le sait !

 

Ma petite Gerda, je n’ai pas beaucoup communiqué avec toi, parce que pendant très longtemps et encore maintenant, la communication  m’est devenue très difficile.

Il me semble que je rejette trop de choses, mais je suis obligée, pour pouvoir me « libérer » l’esprit.

Quand notre tête est aliénée sans être « folle » par les choses difficiles de la vie, et autres contestes qu’elle ne peut le supporter, cela devient une obligation pour la personne de prendre des distances avec tout pour pouvoir se préserver.

Les amis, que j’ai et qui pensent que je les oublie ou qui pensent que je ne veux plus rien avec eux, se trompent. Je pense souvent à eux, et parfois il me prend l’envie de téléphoner pour parler.

Mais toute réflexion faite, ce n’est pas possible, puisque un rien ne me perturbe.

Je sais, cela peut paraître incompréhensible à beaucoup de personnes.

Pourtant il y a des moments dans la vie, ou cela devient nécessaire à l’esprit de se « démarquer » pendant le temps nécessaire à revenir dans « le groupe ».

Tu vois le fait que tu m’aies appelé aujourd’hui m’a fait du bien, tu le remarques je me suis laissée un peu aller.

En ce moment Gerda, je suis en famille depuis quelques temps déjà. Même avec les miens il m’est nécessaire de prendre de « petites distances » parfois.

 

Bien j’espère que tu sauras bien profiter de ta robe, je te promets que je vais m’occuper un peu de ta garde-robe pour te fabriquer deux ou trois petites choses.

 

Je souhaite que chez toi, tu profites de tes copains, copines, sans trop vous prendre le bec.

Je t’embrasse petite Gerda, je suis contente d’être ton amie, autant que toi d’être la mienne.

robe-de-fete.jpgMerci pour la photo Gerda, tu est très mignonne.

Commenter cet article