TRISTE HISTOIRE VRAIE - (Jeunesse en danger)

Publié le par Tina

Une histoire vécue que je mets ici pour que tous nous soyons informé de ce qui peut arriver à la jeunesse.
Perso, je pense que la jeunesse est très vulnérable ! Les magazines et autres médias semblent l'ignorer. Sinon, ils n'inciteraient pas , par des articles tapageurs, la jeunesse à atteindre le point de non retour.
Voici le vécu raconté par un père !
TRISTE HISTOIRE VRAIE - (Jeunesse en danger)

La jeune fille et la mort ! (histoire vécue)

Mes amis et vous, les autres, je vous invite à lire ci-dessous le témoignage de mon ami Stéphane. Il parle de sa fille, laissez moi vous parler de lui ! Oh ! Juste quelques mots car je ne voudrais pas trahir son intimité.

Stéphane se présente très bien. Ce qu'il ne dit pas c'est que la sclérose en plaque qu'on lui avait annoncée pour ses vingt ans à évolué et qu'il est désormais en fauteuil roulant. Sa femme et ses filles l'ont entouré durant cette épreuve sans fin, mais voilà : la vie joue de ces tours...

Découvrez l'histoire de sa fille Claire: ni vraiment vivante ni non plus morte après un geste incompréhensible. Cela peut arriver à n'importe quels parents je suppose, puisque le geste reste inexpliqué.

Ceux qui ont vécu ou vivent des situations similaires seraient bienvenus de laisser quelques mots à partager. Entre nous, vous, et que je ferai parvenir à Stéphane via son épouse.

Merci d'avance

Je m’appelle Stéphane, j’ai 50 ans et suis marié à Maguy depuis 26 ans. Nous avons eu 2 filles Noémie 25 ans et Claire 21 ans.

Claire a fêté ses 20 ans en 2014 le 14 Mars. Elle était alors en 2ième années d’étude d’infirmière et faisait un stage en maternité à l’hôpital de B…. Pour une raison que nous ne saurons jamais, elle s’est administré de l’insuline avec une seringue dans la nuit du 6/7 Avril 2014. Elle s’est bien rendue à l’hôpital de B... le lundi matin mais plus en maternité , plutôt aux urgences, avec les pompiers.

Aujourd’hui, après plus d’un an et demi la situation est stable c’est-à-dire que Claire est dans une antenne de l’hôpital accueillant des malades très atteints comme des accidentés de la route ou ayant eu des problèmes importants au cerveau. C’est triste à dire, mais ma fille, dans le couloir où elle est, se retrouve être la plus valide car elle ouvre les yeux pour voir la télé, demeure aphasique, mais se maintient assise dans son fauteuil, bouge les jambes et les bras… elle n’aura pas d’escarres si elle continue….Pour moi, il n’y a plus de vie dans son état, à base de légume, mais le personnel médical refuse de parler ainsi.

Sa mère et sa sœur sont réalistes et cependant, elles réussissent, mieux que moi, à se projeter dans le futur ! C’est quoi déjà les phrases débiles ? Ah oui : la vie continue…. Ou : Elle est jeune …Tant qu’il y a de la vie…! Sauf qu’il n’y a plus d’espoir ! Là où je ne me voyais que grand-père, elles tentent, elles de s’inventer un avenir différent. Pour ma part, j’en suis encore au dernier « au revoir Papa» de ma fille qui le Vendredi 4 Avril 2014 était partie dormir chez mes parents, plus proches de l’hôpital …. Imaginez l’état des grands parents chez qui cela s’est produit …

C’est drôle, non ce n’est pas drôle du tout, mais lorsque j’écoute aujourd’hui certains parents tomber des nues devant l’attitude de leurs filles parties pour le Djihad, je me dis que le travail de parents peut-être mis à mal, détruit, de tant de manières. En fait, nous sommes tous impuissants face à l’imprévu complétement hors norme que nos intellects bannissent systématiquement de l’éducation que l’on donne. Il est loin le temps des tables de multiplication, de la révolution française, des réunions parents professeurs. Ah oui, les professeurs …. Qui n’a pas entendu ses enfants critiquer ou adorer ces gens entrant à leur insu dans nos conversations du soir, de nos week-ends de nos vie en fait …. On ne peut pas penser à tout …. Pire, c’est lorsque l’on se dit que le plus dur doit être passé, que l’on baisse un peu la garde

que … Non, non ce n’est pas fini !

Dans la tristesse de l’événement, on a fait plus ample connaissance avec ses amis. On découvre que, comme dit ma femme : « Je ne connaissais pas ma fille ». On écoute leurs souvenirs avec Claire, tous ses moments de vie que l’on n’aurait jamais dû connaitre. Tous ces moments de vie, intimes, dont on est absents en tant que parents. Ce n’est pas du voyeurisme, « ça » apporte plutôt une aide pour continuer de vivre.

Des fois je me dis qu’en tant qu’infirmière, ma fille aurait pu tuer un malade. Avait-elle, simplement compris la dangerosité du produit ?

J’ai appris avec le geste de Claire que les cellules nerveuses de notre cerveau, les neurones, doivent pour vivre avoir du sucre et de l’oxygène. L’insuline, que notre pancréas fabrique, utilisée en dépit du bon sens est tout simplement mortelle.

Des bruits courent qu’elle pourrait aider à faire maigrir ! Idiotie. C’est faux, ce ne sont que des rumeurs dangereuses, pire : assassines ! L’insuline entre des mains expertes est un médicament, mais utilisée au hasard c’est un poison ! Si mon témoignage pouvait servir à d’autres cela apaiserait ma peine.

Commenter cet article