C'est l'histoire d'un mot A tue tête

Publié le par Tina

C'est l'histoire d'un mot  A tue tête

A TUE TÊTE

Très fort en parlant de la voix (si fort que l'on casse et même << tue >> la tête). Imaginer qu'on puisse << tuer la tête >> d'une personne, donc la personne elle-même rien qu'en parlant ou en chantant, paraît un peu extrême (même si le capitaine Haddock n'est pas loin de trépasser lorsqu'il entend la Castafiore chanter...). Mais cela vient tout simplement du fait qu'à notre époque, << tuer >> n'a pas tout à fait la même signification qu'au XVIe siècle date de naissance de notre locution adverbiae. En effet, le verbe << tuer >> a eu autrefois diverses significations, parfois en parallèle. Ainsi vers 1150, si <<tuer >> signifiait bien <<occire quelqu'un >>, comme maintenant, << soi tuer >> voulait dire <<s'évanouir>>

Au moment où cette expression est apparue << tuer >> avait aussi le sens de << frapper >>, la pluspart du temps à la tête ; et, par extendion il voulait aussi dire << fatiguer >> ou << exténuer >>. Et là on comprend bien qu'une personne qui chante trop fort à proximité fatigue. Malgré son côté archaïque cette expression est restée vivace alors que d'autres comme << à tue chevaux >> pour dire << très vite >> ont disparu. Mais là, on peu aisément supposer que la disparition des déplacements à cheval a provoqué son oubli. Alors, qu'il existe encore des gens qui chantent très fort et de manière désagréable, au point qu'on soit parfois effleuré par l'idée de leur << tuer la tête >> avant qu'ils ne tuent la nôtre.

Source :le Grand Almanach de France 2014.

C'est l'histoire d'un mot  A tue tête

Publié dans Le guide d'Argentina

Commenter cet article